Rome

vue de RomeAux origines de l’Église

La place prise par la ville de Rome dans l’histoire et la vie de l’Église est importante. C’est pourquoi la diffusion du christianisme se comprend mieux en visitant les vestiges de la Rome antique. C’est là que furent martyrisés les apôtres Pierre et Paul, et persécutés de nombreux chrétiens.
Le pape, successeur de Pierre et évêque de Rome, est le chef spirituel de l’Église catholique. Il est aussi chef d’état du Vatican, où il réside.

Prier dans ce lieu, n’est-ce pas pour tout chrétien, s’enraciner dans la dimension universelle de l’Église?

Lettre d’un prêtre à un ami

Cher Pierre,

Il y a dans la vie d’un homme des moments privilégiés où nous percevons toute l’importance d’un choix pris dans notre existence. J’aimerais témoigner de ce que je viens de vivre avec mes trois frères prêtres à l’occasion de nos vingt ans d’ordination.
Depuis longtemps nous avions souhaité pour cet anniversaire, organiser un pèlerinage à Rome. En 1987, peu de temps après notre ordination, nous avions déjà eu la chance de célébrer l’Eucharistie sur le tombeau de Pierre.
Et de nouveau nous étions hier dans cette magnifique Basilique Saint Pierre de Rome.
Comme à chaque visite je me sentais bien petit et même écrasé par tant de beauté et de grandeur. Mais très vite je fus emporté par la richesse spirituelle du lieu, ces œuvres d’art, l’architecture – La Piéta, les tombeaux des papes, la coupole, les statues des grands fondateurs d’ordre (au passage j’ai reconnu celle de Sainte Jeanne Antide Thouret, née dans notre diocèse)… Nous avons donc cheminé tous les quatre en commentant 2000 ans d’histoire de l’Église.
Devant le tombeau de l’apôtre Pierre, sous la colonnade du Bernin, Timothée nous a invité à renouveler l’engagement de notre sacerdoce en proclamant le Credo. Je t’avoue que ce fut une situation bien étonnante devant tant de touristes qui tournoyaient autour de nous ! Mais pour moi cela reste une expérience essentielle, pleine de sens et de communion avec l’Église toute entière. Ma mission de prêtre prenait subitement comme du relief. Je n’étais plus seul dans mon coin retiré de France, mais en lien avec tous les chrétiens du monde entier. En Europe, en Asie, en Amérique…, c’est bien la même Bonne Nouvelle qui est portée aux quatre coins du monde. Une joie puissante m’envahissait, qui me fit dire en mon cœur : « Mon âme exalte le Seigneur… ». Une grande action de grâce est montée en moi pour ces 20 ans de prêtrise avec ses réussites mais aussi ses difficultés. En même temps je me sentais encore plus attaché à mon diocèse, à mon évêque, à mes frères prêtres et à tous les baptisés.
Voilà, je pense, une expérience unique qu’il m’a été donné de vivre, en un moment clé de mon existence. Un moment privilégié pour faire le point sur ma vie, pour relire la présence du Christ « sur ma route d’Emmaüs ».
Pour chacun de nous quatre, ce fut un temps privilégié qui a renforcé notre amitié et notre fraternité.
Je voulais tout simplement t’en faire part. Je crois que dans toute vie le Seigneur fait des « clins d’yeux ». Nos cœurs sont-ils assez ouverts pour les percevoir ?

A bientôt,
Paul

 

Échos dans ma vie :
Aller en pèlerinage à Rome, c’est aller à la rencontre des fondateurs de l’Église et de son histoire.
Ai-je conscience de participer moi aussi à cette histoire ?
Comment je m’intéresse à la vie de l’Église ? Par quels moyens ?
Est-ce que je prends le temps de prier pour l’Église toute entière ?

L’équipe d’auteurs « Seigneur apprends-nous à prier »

Pour marque-pages : permalien.

Les commentaires sont fermés.